Ecrivain

Michèle Joubert

Magie des pierres

Ah les pierres ! Les fines, les précieuses, les toutes belles aux couleurs magiques qui me fascinent quand je les regarde. Déjà qu’un simple caillou trouvé dans un champ, sur un sentier, peut me combler de bonheur par son aspect, alors une pierre fine, imaginez mon plaisir !
Attention, ne vous méprenez pas, ce serait me faire injure : leur possession ne vaut que pour le plaisir esthétique de les regarder à m’en noyer les yeux au fond comme je les noyais dans un kaléidoscope quand j’étais enfant. En clair, ce n’est pas leur valeur marchande qui m’attire, je n’en ai pas le sens (une véritable infirmité).

Lire la suite...

Des sentences et des hommes

La vie est trop courte pour être petite«  (Disraeli)
C’est évident… enfin pour moi en tout cas. Mais les échelles de grandeur sont si personnelles que ce qui paraît petit à l’un, peut sembler grand à un autre. Chacun fait donc ce qu’il veut de toutes ces sentences et autres jugements ronflants qui nous séduisent sur le coup (juste le temps d’éclairer notre journée) et qu’on oublie aussi vite. Autrement dit, nous n’en faisons pas grand chose.

Lire la suite...

Le Soleil

Un, deux, trois… soleil !…
Il vaut bien un de ces jeux d’enfants qui se jouaient à la récré, notre Soleil !
Ce père nourricier, ennemi des chloroses, Eveille dans les champs les vers comme les roses ; Il fait s’évaporer les soucis vers le ciel, Et remplit les cerveaux et les ruches de miel…
Il vaut bien un poème, non ? – celui de Baudelaire en l’occurrence. Ou d’autres.
Etoile de notre Galaxie, âgé de 4,5682 milliards d’années, sans lequel nous ne pourrions tenir en orbite
Il vaut bien aussi l’attention du monde scientifique, non ?
Lumière de nos vies sans laquelle rien n’existerait dans le système solaire…
Là, tout est dit ! Parce qu’à sa mort (qui commencera dans un peu plus de 4 milliards d’années et durera plusieurs autres milliards d’années) ça bardera pour la Terre et les autres planètes qui disparaîtront quand il en sera au stade de la géante rouge (100 fois plus que gros qu’aujourd’hui – Glups !) et par voie de conséquence nous engloutira. Mais nous, les Humains, au train où vont nos conneries d’autodestruction… (rires sardoniques de désespoir) nous n’aurons plus de descendants pour aller jusque là. Ne resterons peut-être que les scorpions, les seuls, dit-on, qui peuvent endurer des conditions de chaleur extrêmes, et encore pas longtemps.

Lire la suite...